dimanche, juillet 21, 2024
Home > Economie > Women, Business and Law 2021 : Le Togo classé 1er pays de l’Afrique de l’Ouest

Women, Business and Law 2021 : Le Togo classé 1er pays de l’Afrique de l’Ouest


Le Togo vient d’être classé premier pays d’Afrique de l’Ouest selon le rapport de la Banque Mondiale Women, Business and Law 2021 « les Femmes, l’Entreprise et le Droit » rendu public ce mardi 23 février 2021.


Avec un score de 84,4, supérieur à la moyenne des pays évalués en Afrique sub-saharienne (71), le Togo se classe à la 7ème place devant le Liberia, la Côte d’Ivoire, la Mozambique, la Zambie, Tanzanie, Kenya, le Rwanda et en 1ère place en Afrique de l’Ouest.
Ainsi, on peut dire qu’au Togo, les femmes se voient accorder 84% des droits reconnus aux hommes. L’île Maurice occupe la première place en Afrique-subsaharien avec un score de 91.9, soit seulement un écart de 7,5 de plus que le Togo.

Cette performance du Togo, vient confirmer les efforts du gouvernement dans l’amélioration constante et soutenue du cadre réglementaire et surtout la promotion du leadership féminin dans les activités économiques et politiques avec une participation effective et influente des femmes dans les instances de prises de décisions.

Ainsi, longtemps restés le terrain de prédilection des hommes, pour la première fois au Togo, les postes de Présidente de l’Assemblée Nationale, du Premier Ministre, du Secrétariat Général de la Présidence et du Ministre de La Défense sont revenus aux femmes.

L’on note également un accroissement du nombre de femme dans l’actuel gouvernement, ainsi que la présence des femmes dans la gestion des communes en tant que conseillers municipaux.

En matière d’entreprenariat, le nombre d’entreprise créé a augmenté au cours de ces dernières années avec une augmentation de la proportion de femmes entrepreneurs grâce à l’incitation du gouvernement à l’esprit entrepreneurial et aux aides spécifiques accordés aux femmes pour créer une entreprise. Cette vitalité constatée s’appuie également sur les réformes et mesures mises en œuvre depuis quelques années et qui se sont accentuées depuis début 2018 réduisant les coûts de façon générale, combinée à une diminution drastique et effective du délai de création d’une entreprise.

La progression de la proportion de femmes entrepreneurs, se justifie également par la force des différentes politiques en faveur de la consolidation du tissu économique et du développement par de nouvelles mesures prises pour faciliter le partage des risques avec les mécanismes de financement tel que le MIFA et le FNFI. A cela s’ajoute l’octroi de 25% des marchés publics aux jeunes et femmes entrepreneurs Togolais, une innovation qui témoigne réellement l’ambition du Chef de l’Etat pour les jeunes entrepreneurs

Au Togo, les règlementations de liberté de circulation, d’accès à l’emploi, de rémunération au travail et des prestations de retraites (pensions), sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes. En matière de propriété et de succession, les femmes ne détiennent que 80% des droits dont disposent les hommes.

En vue de garder cette dynamique, d’autres réformes sont attendues dans les prochains jours s’agissant des dispositions légales sur la violence domestique, la discrimination fondée sur le genre de la part des créanciers en matière d’accès au crédit ainsi que la reconnaissance de la contribution non monétaire des femmes au moment du divorce.

Pour ce nouveau rapport paru en ce mois de Février, des performances tels que la réduction de l’écart entre les sexes en matière de développement, la forte participation des femmes au marché du travail, l’accès à un emploi moins vulnérable et la représentation des femmes dans les parlements nationaux meublent les principaux résultats.

Il faut souligner que pour mieux comprendre comment les discriminations juridiques entravent l’emploi et l’entrepreneuriat des femmes, le rapport de la Banque mondial « Women, Business and the Law 2021 » (Les Femmes, l’Entreprise et le Droit), analyse les lois et les réglementations qui affectent les opportunités économiques des femmes dans 190 économies.

Les pays sont notés sur huit indicateurs que sont : la mobilité, le lieu de travail, le salaire, le mariage, la parentalité, l’esprit d’entreprise, les actifs et la retraite. Ces indicateurs sont structurés autour des lois au début, au cours et à la fin de la carrière des femmes et s’alignent sur les décisions économiques que ces dernières prennent à différentes étapes de leur vie.

Bernard AFAWOUBO
Bernard AFAWOUBO
Bernard AFAWOUBO, fait du métier du journalisme une passion depuis plus de 10 ans. Directeur de Publication de votre journal en ligne en mode écrit TOGODAILYNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *