vendredi, juillet 19, 2024
Home > Société > Togo : Cimétière municipal de Bè-kpota un deuxième enfer pour nos morts.

Togo : Cimétière municipal de Bè-kpota un deuxième enfer pour nos morts.

Après des années de durs labeurs sous le soleil, vint la période dite de grand repos.
C’est bien vrai que la fréquentation du cimetière n’est pas un plaisir de tous les jours, mais lorsque les occasions se présentent, on pouvait s’y retrouver soit pour dire adieu à un parent ou pour soutenir un ami en deuil.

Le 18 Mai 2019, je retrouve le cimetière pour un adieu à ma tante Jeanne. Un journaliste reste un journaliste je ne pouvais pas me taire devant la négligence, la fuite devant ses responsabilités du maire de la ville de Lomé.

Je découvre notre cimetière dans un état lamentable. Des tombeaux ouverts laissant paraître les ossements humains ce qui n’exclu pas les trafics d’organes. Une touffe d’herbes, des excréments humains qui côtoient des tas d’ordures etc.

Je promène un peu mon regard, je tombe sur un ancien ministre tout puissant du feu général Eyadema. Il s’agit du feu *Koffi* *PANOU* . Oui *Koffi* *PANOU* celui là qui avait sorti son pistolet automatique dans la salle de la conférence nationale souveraine en 1991. Longtemps Ministre des affaires étrangères du général, baron des barons il avait le droit de vie ou de mort sur les opposants. Oui, après tant d’années de loyaux services rendus à la dictature voici sa récompense. Vos actes vous suivront ou pour mieux dire, nos actes nous suivront.

De l’autre côté c’est ma cousine VANES CATHY que je vois, artiste et riche directrice de société, elle aimait l’hygiène et disposait d’un parc automobile. Aujourd’hui, c’est dans les excréments humains elle se repose.

La robe d’une avocate attire mon attention. Jeune, belle, elle repose là au milieu des ordures. Tant et tant d’autres valeureux citoyens reposent dans ce cimetière. Je doute même qu’ils soient intègres dans leur cercueil.

Il y a deux ans, lors d’une formation sur l’entrepreneuriat que je donnais à un groupe de jeunes, je proposais de créer UNE ENTREPRISE POUR LE NETTOYAGE DES PIERRES TOMBALES en demandant d’établir des contrats avec des milliers de propriétaires de ces tombeaux. Rien ne sera fait. Vous montez cette entreprise, l’office togolais des recettes 《OTR》se présente, les coups de fil seront donnés pour s’assurer si vous êtes membres du parti. Je le dis parce que j’en suis déjà victime.

J’ai vu le maire de la ville de Lomé interdire les manifestations publiques, réquisitionner les forces de défense et de sécurité pour <gérer> les manifestations pacifiques, restreindre les itinéraires des manifestations ou carrément les interdire etc….

Les taxes sont collectées, les tombes sont vendues mais rien ne semble se faire sur le terrain, le chemin qui mène vers ce cimetière est dans un piteux état. Enfant, dans les années 1980 on allait chercher de l’eau dans les citernes du cimetière pour le ménage et aidait les para- commandos qui chutaient dans ce cimetière. Aujourd’hui, J’ai la diarrhée en visitant ce cimetière. Si demain je me présente aux élections locales c’est que je veux changer les choses c’est d’ailleurs ce qu’on appelle le développement à la base. Transparence, équité, partage.

Yawo KLOUSSE

Bernard AFAWOUBO
Bernard AFAWOUBO
Bernard AFAWOUBO, fait du métier du journalisme une passion depuis plus de 10 ans. Directeur de Publication de votre journal en ligne en mode écrit TOGODAILYNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *