jeudi, juillet 18, 2024
Home > Société > Sécurité/ le Togo dispose désormais d’un registre de garde à vue.

Sécurité/ le Togo dispose désormais d’un registre de garde à vue.

Conforment aux lignes directrices sur les conditions d’arrestation, de garde à vue et de détention provisoire en Afrique adoptées par la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples, le ministère de la sécurité et de la Protection Civile a procédé au lancement officiel ce mardi à Lomé, à la distribution à toutes les unités d’enquête sur le territoire national du nouveau registre de garde à vue. C’était en présence des autorités administratives et judiciaires, du Chargé d’Affaires de la Délégation de l’Union Européenne et des représentants des organisations de défense des droits de l’Homme.

En effet tout présumé coupable d’un crime ou délit puni d’une peine d’emprisonnement peut être placée à la garde à vue décidée par un officier de police judiciaire, sous le contrôle de l’autorité judiciaire. Mais les registres de garde à vue utilisés jusqu’à présent ne sont pas conforme aux lignes directrices de Luanda adoptées en Angola en 2014.

Pour réaliser une uniformisation et une standardisation de registre de garde à vue au Togo conformément aux lignes directrices de Luanda, les autorités togolaises ont mis en place une commission mixte composée de hauts magistrats et de hauts fonctionnaires de la police et de la gendarmerie.

Dedji messah Awoh, Commissaire Divisionnaire, Directeur des Etudes Statistiques, planification, Suivi et Evaluations au Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile

Selon Dedji messah Awoh, Commissaire Divisionnaire, Directeur des Etudes Statistiques, planification, Suivi et Evaluations au Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le programme SIPAO, a été mis en place suite au constat de la recrudescence de la criminalité transnationale organisée dans la région Ouest africaine, cette recrudescence est aggravée par le terrorisme et l’extrémisme violent.

‹‹ Le programme SIPAO, vise a donné des moyens aux services nationaux dans un premier temps pour combattre ces fléaux à travers des échanges d’informations de police entre les unités nationales dans un premier temps et plus tard entre les unités d’application de la loi dans la sous-région ›› a-t-il indiqué.

Ce registre est édité en 400 exemplaires prêts à être mis à la disposition de toutes les unités d’enquêtes sur le territoire national.

Notons que la CEDEAO a initié ce projet en 2012 et que le Togo a commencé par en bénéficié depuis 2018.

Bernard A.

Bernard AFAWOUBO
Bernard AFAWOUBO
Bernard AFAWOUBO, fait du métier du journalisme une passion depuis plus de 10 ans. Directeur de Publication de votre journal en ligne en mode écrit TOGODAILYNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *